AccueilPortailFAQMembresS'enregistrerConnexion

[RP MULTI - 1] Cawottes En Gelée

avatar

Pantaleimon
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Pantaleimon

Mer 17 Juil 2013 - 20:35
[Hors RP] Voici le sujet où l’event du premier RP Multi va se dérouler.
- Voici l’ordre de passage des participants pour chaque tour. Il faudra respecter ce point, poster son message pendant son tour et ensuite attendre la fin du cycle avant de pouvoir poster à nouveau.  

POITIROND PANTALEIMON ROXANNE DEBLANCHE KISSANSILMAT

- Vous trouverez ci-dessous des précisions afin de mieux saisir le fonctionnement de l’event ainsi qu’un rappel des règles à respecter lorsque l’on joue RP.

Les Règles:
 

- Si vous avez des questions, des commentaires à apporter (que vous soyez participants ou non) vous pouvez les poster sur ce sujet, c’est églament là bas que vous pourrez prévenir les autres participants si jamais vous voulez passer votre tour.

Bon RP à tous et bonne lecture pour les autres ;) J’espère que ce premier RP Multi sera un succès et donnera envie aux autres de participer au prochain ! [/Hors RP]

__________________________________
« Maître de Jeu »

À l’aube d’un jour torride de Joullier, l’asile était affreusement calme, les patients étant trop occupés à souffrir de la canicule. On s’inquiétait déjà de voir la population énutrof de l’asile se voir grandement réduite avant même qu’on ait le temps de dire «bouftou».

Alors que l’équipe médicale préparait une excursion pour la fameuse île Sberg afin de rafraîchir ses plus vieux usagers, un bruit de tambour résonna dans l’enceinte interrompant les préparatifs.
Devant la grille de l’asile se tenaient des hommes de la garde sufokienne, derrière ces iops sans cervelle, le gouverneur.

- Je voudrai m’adresser au docteur des lieux.

Il crut apercevoir au loin une large silhouette en blouse blanche. Quand elle arriva au niveau des grilles il réalisa que c’était en fait un immense phorzerker à la fourrure blanche et aux griffes et défenses dorées. Depuis que sa dulcinée avait été enrôlé par un groupe de pirate, Guenievre ne retirait que rarement ses apparats de phorzerker. Sans doute se sentait-elle moins vulnérable sous cette apparence. Elle fit un geste de salutation puis prit la parole.

- Bonjour, Dame Guenouille, qu’est ce que vous me voulez ?

Le gouverneur se racla la gorge et fit taper le bout de son sceptre contre le sol.

- Nos plus talentueux navigateurs ont récemment découvert une île qui avait disparu après le chaos d’Ogrest. Pendant l’âge des Dofus ce petit archipel était la proie privilégiée des plus valeureux aventuriers attirés par les nombreuses richesses qui s’y trouvaient.  

Il joua un instant avec les précieux anneaux qui cerclaient ses doigts.

- Vous comprendrez donc que cet île nous intéresse grandement pour ces trésors... nous devons rattraper notre retard économique face à Bonta. Tous les moyens sont bons pour redorer notre nation.

Les yeux de la vieille énutrof qui se cachait sous l’apparence du phorreur se mirent à briller en imaginant le son trébuchant des kamas dans une bourse bien pleine.

- Et pourquoi vous avez besoin de nous dans cette histoire ?

- Les écrits qui relatent cette île ne mentionnent pas seulement des trésors... il y aurait aussi des menaces plus dangereuses les unes que les autres. Des créatures nuisibles semblable aux wapins mais bien plus virulentes. J’ai entendu dire que votre asile recensé parmi ses patients de vaillants guerriers... à défaut de pouvoir compter sur leur santé d’esprit, j’espérai pouvoir compter sur leurs muscles.  J’ai aussi entendu dire que vous aviez besoin de kamas pour rénover votre asile, il est évident que vous serez payés à hauteur de vos efforts...

La tête couronnée sorti une petite bourse de kamas de sa poche et la lança au pied de la bête blanche.

- Je suppose que je peux compter sur vous, un bateau en direction de l’ile vous attendra au port du rivage Steamulant.

Dès qu’il eut dit son dernier mot il se retourna, les tambours retentirent à nouveau et la garde et le gouverneur s’éloignèrent vers l’horizon. Loin des terres de l’asile le chef de la garde, un vieux féca à lunettes quelque peu froussard arriva au niveau du gouverneur.

- Monsieur, vous êtes sûr que c’est une bonne idée ? Personne n’est encore allé en reconnaissance sur l’ile. Les envoyer eux... c’est du suicide, ils n’ont pas toute leur tête ! Même leur docteur a l’air cinglé !

- Eh bien justement... Sufokia doit faire attention à sa réputation maintenant que l’on veut renflouer les caisses. Un asile de fou n’a jamais été synonyme de renom, voilà l’occasion de nettoyer la nation de ses quelques individus nuisibles...  
__________________________________
[Hors RP]Guenievre envoie donc un groupe de volontaires... et de moins volontaires se charger de la mission du gouverneur, à vous de voir si votre personnage l’est ou pas. Dans tous les cas, il a été enrôlé dans l’affaire bon grè mal grè ;)

L’aventure commence au point de rendez-vous : Le port du rivage Steamulant. Il ne tient qu’à vous de nous raconter comment vous allez vous y rendre. La bas vous attend le capitaine et le bien maigre équipage du Cralbator, un rafiot de petite envergure et légèrement décrépit. La proue est sculptée à l’effigie d’un crabe de Sufokia.  Vous constaterez très vite à l’haleine du capitaine que celui-ci aime beaucoup fréquenter les tavernes et qu’il donnerait n’importe quoi pour savourer un peu de lait de bambou fermenté. Espérons que vous avez l’habitude de faire confiance aux hommes qui sont sous l’influence de l’alcool...


  • Barbe Courte : Le capitaine. Personne ne connait son vrai nom; on sait seulement que sa réputation le précède. Bien plus ivrogne que pirate ce pandawa n’a pas un très bon sens de l’orientation.

  • Corsa : Matelot. Une jeune iop intrépide. Ayant rêvé de mettre les voiles depuis toute petite, les filles trouvant difficilement leur place au sein d’un équipage elle a prit l’habitude de se déguiser en garçon. Si elle se trouve sur le Cralbator c’est bien par ce que son équipage n’a pas encore découvert la vérité. Elle s’occupe généralement du mat du bateau et d’hisser les voiles.

  • Mamase Mamasa :  Un étrange garçon à la peau brunie par le soleil. Il ne semble s’être attiré les faveurs d’aucun des douze dieux, du moins il ne possède aucun signe particulier d’appartenance à l’un des douze cultes. Il ne parle pas beaucoup. Le capitaine raconte que c’est un orphelin et qu’il l’a rencontré pendant ses voyages. D’après les mots du capitaine, il aurait été élevé par une meute de mulou. On ne sait pas pour autant pourquoi Barbe Courte lui affubla de ce drôle de nom. Mamase se charge du gouvernail, c’est lui qui comble les défauts du capitaine en matière de navigation. Il serait capable de se diriger grâce à la position du soleil et des étoiles.[/Hors RP]




Dernière édition par Pantaleimon le Mer 4 Sep 2013 - 9:12, édité 3 fois
avatar

Poitirond
Mangeur de Shushu
Mangeur de Shushu


Jeu 18 Juil 2013 - 11:37
"Quoi ? Tu ne m'a pas invité pour aller sur l'île ?! M'en fou j'irais quand même !".
Ce sont les derniers mots de Poitirond dits à Guenievre avant de quitter l'Asile pour se rendre sur le voilier le soir même.
Mais la modeste frégate ne pouvant pas accueillir plus de monde dans ses chambres,Poitirond du se cacher au fond de la cale pour la nuit.
Le lendemain,tout le monde était déjà sur le pont,prêt à mettre les voiles,l'haleine chargée en lait de bambou du Capitaine Barbe Courte se sentait à l'autre bout du bateau,Poitirond était toujours croupit dans la cale a espionner les matelots.
C'était l'heure,le bateau commença à voguer sur les flots,nous quittions l'embarcadère,Poitirond,toujours dos au mur de fer se tournait les pousses jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'une ombre venue de tout en haut le fixait...
avatar

Pantaleimon
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Pantaleimon

Jeu 18 Juil 2013 - 21:46
« Dis moi Pan... ça fait combien de temps que tu croupis dans cet asile de fou ? »

- La ferme !

Il se bouche les oreilles de toutes ses forces et jette le masque rouge contre le mur.

Suite à l’homicide dans la taverne de la Truche qui boite, la garde bontarienne avait finit par le trouver et l’enfermer en prison. Le chef de la garde constata que ce n’était qu’un gamin et que de toute évidence son esprit était malade. Il fut alors envoyé à l’Asile Délirium’s. Les choses prirent cependant une tournure pour le moins inattendue. Guenievre, le docteur des lieux, estima qu’elle pourrait profiter de la vigueur du gamin, de son étonnant maniement des fouets et de ces fameux masques ensorcelés. Certains des patients étaient dur à contenir, un outil musclé n’était pas de refus pour l’épauler pendant les traitements. Il intégra ainsi l’équipe médicale. Si les premiers jours il avait cherché à s’enfuir des lieux, il réalisa rapidement que son statut, et l’asile en lui même, pourraient lui être bien plus utile que ce qu’il ne pensait au départ.

Il regarde le blason gris et violet qu’il avait arraché à sa dernière victime. Autour de lui, il sent les murs se rapprocher... il l’attend toujours... peu importe le temps que ça prendra, il le trouverai et ce jour là...

Un homme ouvre la porte de sa cellule—Oui, Guenievre restait prudente malgré tout...—La lumière l’éblouit, il ramasse le masque cornu et se relève.

- Le doc veut te voir.
.            .            .
Ainsi il se retrouve arpentant le rivage Steamulant en direction du port, point de départ de la mission que la phorzerker lui avait incombé. Il n’avait montré aucune réticence. Après tout cela lui donnait l’occasion de voir autre chose que les murs capitonnés de l’asile. En revanche, il n’avait encore jamais prit de bateau. Ce serait une première et bien qu’il n’était pas particulièrement angoissé à l’idée de monter à bord, l’idée d’avoir le mal de mer ne le rassurait guère.

Au loin, il commence à apercevoir le port. De toute évidence, il est le premier arrivé du petit groupe chargé de la mission. Il se doutait bien que tout le monde ne l’aurait pas acceptée sans broncher. Bien sûr l’appât du gain peut sembler être une motivation suffisante, surtout lorsque le gérant de l’asile est un énutrof, mais au fond de lui il sait que Guenievre n’est pas seulement motivée par les kamas que la mission leur apporterait. Sans doute voit-elle dans ce voyage en mer, l’occasion de retrouver sa très chère Niyuki... il était certain que tous les pirates de toutes nations se jetteraient à la recherche des trésors de cette île. Il en serait de même pour Azura.

Lorsqu’il atteint le bateau.... du moins l’épave qui leur servirait de navire... il reste silencieux et laisse le capitaine faire son monologue entrecoupé de hoquets causés par une évidente ivresse. Barbe Courte, voilà un drôle de nom pour un capitaine de bateau pirate... lui présente son équipage, un iop et un mystérieux garçon à la peau foncés. Très vite il lui prévient qu’il faudra aider sur le bateau, nettoyer le pont, épauler l’équipage dans certaines manoeuvres... aussi il l’invite à ranger le peu d’affaires qu’il a apporté avec lui, dans la cale. Une fois dans les entrailles du rafiot, il décide de ne plus en sortir pour un moment.

Dans la cale, il a l’étrange sentiment de ne pas être seul. Il fixe le masque rouge. Il sent déjà la colère monter en lui.
Cette sensation persiste... il ressent une présence. Il remonte les escaliers pour observer une vue d’ensemble et finit par apercevoir une ombre dans un renfoncement de la pièce. Il se concentre pour utiliser sa maîtrise élémentaire et faire apparaître une flamme au centre de sa main. Ses yeux s’accoutument à la lumière et il finit par reconnaître une silhouette familière.

- Alors Poiti... tu as réussis à te faufiler pour t’échapper encore une fois de l’asile ? Tu sais que je connais une poilue qui sera ravi de l’apprendre.

Il se rapproche de l’osamodas puis éteint la flamme.

- Tu dois bien être un des rares à risquer quelques coups de fouets pour absolument partir pour cette mission. J’aimerai bien savoir ce qui te motive...


avatar

Invité
Invité


Ven 19 Juil 2013 - 18:30
Roxanne Deblanche était à l’asile depuis peu, intégrée suite à sa théorie et son doctorat sur la médecine par la marque, appliquée à la cravache.
La demande avait-été simple : Aller sur le terrain pour mettre la théorie en pratique, ce qui lui avait beaucoup plus.
Il lui tardait d’avoir enfin un peu d’action, cela faisait trop longtemps qu’elle restait sans rien faire, et reprendre l’entrainement ne sera certainement pas un mal après tout ce temps.
Elle marchait sur le port à la quête du navire, elle savait juste qu’il fallait se rendre sur Sberg via un bateau pour protéger les exploitations de ressources. Ca, elle savait faire, sa famille exploitait la Kokoko depuis des années et les pépinières étaient souvent envahies de bestioles. Ses pensées étaient entremêlées des odeurs iodées de la mer, qu’elle respira à plein poumon, ses cheveux blancs battant sont visage. Elle était contente d’être la…
Jusqu’à ce qu’elle voit le dénommé Pantaleimon sur un vieux rafiot craquant. Elle perd son sourire. Ils allaient voyager sur… ça ?! Elle tapote la cravache qui dépasse de sa botte droite. Hors de question ! Elle monte sur le pont, et est aussitôt prise par les relents de puanteurs, d’alcool et de bois moisi. Elle qui s’attendait à naviguer sur un bâtiment de l’Amirauté Sufokienne ! 
Elle voit également Poitirond avec Panta, et marche vers eux, furibonde, en esquivant un poivrot qui hoquetait :
-C’est une blague messieurs ?! Est-ce la le navire qui va nous conduire à notre destination ? Ou est le capitaine ?!
avatar

Poitirond
Mangeur de Shushu
Mangeur de Shushu


Sam 27 Juil 2013 - 12:18
"Motivation ? Mais pour le Iopamodas l'aventure et la poursuite perpétuelle de choses inconnus est une motivation plus que suffisante,ça n'à pas de prix,je n'ai pas peur de la réprimande !"

Il faut dire  que Poitirond a vécu des aventures choquantes et intense au court de sa jeune vie,on dit que sa folie à accentué son côté sadomasochiste et on dit de lui qu'il ne ressent plus la douleurs malgré les nombreuses balafres et marques de fouets qu'il garde encore.Il à connu l’existence de cette île en tendant l'oreille pendant la vague conversation entre le gouverneur Sufokien et la Doctoresse.Puis après tout,Poitirond n'est pas un animal à mettre en cage,il aime suivre où le vent le mène tel un nuage.

Il sorti de sa cachette aux côtés de Pantaleimon quand le capitaine nous aborda de quelque relents malodorant :
"Oooh...nous avions un marin d'eau douce caché dans la cale ? Je me disais bien que le Zobal n'irait pas seul découvrir l'île !"

Au même moment nous vîmes Roxanne sortir de nul part s'approchant de nous l'air furax,nous demandant ce qu'était ce rafiot,et qui en était le capitaine,Poitirond pointa le Pandawa du doigt.Elle n'avait pas l'air de connaitre notre destination,les deux complices Poitirond et Pantaleimon se fixèrent d'un air interrogatif.
avatar

Pantaleimon
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Pantaleimon

Mar 30 Juil 2013 - 10:09
L’osamodas a tout juste le temps de lui répondre, faisant l’éloge de l’appel du grand large, l’aventure de la découverte. Un bruit familier interrompt leur conversation. Pan finit par reconnaître le son de la cravache de Roxanne lorsqu’elle tapote celle-ci. Elle semble furieuse et beugle quelques mots à leur intention se plaignant de l’état du bateau.

- Je... je suis désolé Roxanne... Nous n’avons pas vraiment choisi.

Il n’ose pas lui dire qui est le capitaine du rafiot, l’entendre crier lui donne déjà mal au crâne, il ne veut pas lui rajouter un autre prétexte dans sa gueulante. Mais Poitirond s’en charge, désignant du doigt le pandawa qui leur servirait de capitaine. Aussitôt, l’éniripsa semble s’être volatilisée. Peut être avait-elle utilisé une potion de rappel pour quitter ce vieux radeau de fortune fissa.

Pan part s’adosser contre un des gardes-fou en bois du bateau. Bercé par la houle, il s’assoupit et c’est le cri hoquetant du capitaine qui le réveille.

- Terre en vue !

Le zobal se lève et se rapproche du capitaine, jetant un regard vers Mamase qui tenait le gouvernail du bateau.

- Nous sommes déjà arrivés ? J’imaginais que l’ile se trouvait bien plus loin.

- Oh du calme la poiscaille ! Ce n’est qu’une escale. Nous allons accoster l’ile de tous les excès ! Ma réserve personnelle d’alcool est vide et je ne navigue jamais sobre ! Ça porte malheur, parole de Pandawa !

Il regarde le capitaine d’un air perplexe.

- L’ile de tous les excès ?

- La seule, l’unique ! Bilbyza ! Le Comité d'Unification des Gouvernements des Archipels  a récemment réouvert les routes maritimes vers cette ile merveilleuse. Nous y resterons un moment le temps de remplir la cale de tonneaux divers et variés puis nous reprendrons la mer vers vos chers wapins... hic ! Profitez-en pour apprécier la fiesta, à Bilbyza la fête c’est jour et nuit !

Pan laisse échapper un soupire... cette mission durerait plus longtemps que prévu. Il s’approche de la proue et observe l’ile qui se dessine à l’horizon.  La brise lui ramène une étrange odeur sucrée... de gelée.

Il rejoint Poitirond et lui tapote l’épaule.

- Tu as entendu, le massacre de Wabbit c’est pas pour tout de suite. Tu es déjà allé sur Bilbyza ? Avant que le CUGA ne ferme les routes maritimes ?

Au bout de quelques heures le bateau accoste enfin l’ile. Le capitaine quitte immédiatement le navire pour se ravitailler. Le Zobal descend du bateau un peu perdu. C’était la première fois qu’il posait les pieds sur Bilbyza. Il ne savait pas vraiment par où commencer...


avatar

Kissansilmat
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Allumenanti

Ven 23 Aoû 2013 - 14:31

 
« Qu’est ce que c’est que cette musique guillerette insupportable ? Pourquoi on s’arête ?? »

Voici donc les premiers mots emplis de douceur que lança Kissansilmat, ou « Kiss » pour les intimes (quoique les sages vous conseillerez de ne pas être trop intime avec cette créature).

Kiss glissait parmi les ombres des couloirs de l’asile Délirium’S depuis un bon moment déjà. La raison exacte de sa présence en ces lieux, personne ne le savait vraiment. Non pas qu’elle semblait exempte de déficience de la raison, mais plutôt que son délire était trop complexe pour lui donner un nom.

Personne ne savait son âge exact, mais vue son ancienneté dans l’asile, il était certain, qu’elle était plus vieille qu’elle en avait l’air. Malgré ceci, elle n’avait jamais souhaité en prendre la tête, un sram étant évidemment bien plus à l’aise dans l’ombre d’un chef…

En tant que membre de l’équipe médicale dans le dos au côté de Pantaleimon, sa présence sur ce bateau était évidente. Cependant, personne ne s’était rendu compte de sa présence, car celle-ci s’était cachée dans les plus profonds recoins de la cale du bateau entourée des ratgnagnas autochtones et cela lui convenait très bien, évitant au maximum d’être en compagnie des bipèdes qu’elle haïssait dans leur majorité.



avatar

Poitirond
Mangeur de Shushu
Mangeur de Shushu


Sam 24 Aoû 2013 - 2:23
Les couleurs vives de l'île faisaient plisser les yeux du Iopamodas,était-ce l'Inglorium,le domaine des Douze Dieux ? Non,c'était Bilbyza,l'île où la fête ne prend jamais fin.

"Mais bordel qu'est ce qu'on fou là ?!


- Tu n'as pas entendu le capitaine ? Le massacre de Wabbit c’est pas pour tout de suite. Tu es déjà allé sur Bilbyza ? Avant que le CUGA ne ferme les routes maritimes ? 


- J'ai déjà entendu parlé de cette île...des fêtes et des célébrités qui y passent leur vacances...mais je n'y ai jamais mis les pieds auparavant."


Poitirond descendit insouciant du bateau,s'écarta de l'équipage,prit une broche et s'installa sur un des transat disposé sur la plage.Soudain,il tendit l'oreille pour pouvoir entendre les exclamations d'un plagiste : "Hey ! On dit qu'il va y avoir un concert gratuit de Bilby Cents qui va commencer ! Suivez moi tous !"

Poitirond était un fan de Bilby Cents,surtout de sa chanson intitulée "Bilby Shop".Sans plus attendre il se fondit dans la masse en direction de l'étrange boîte de nuit...
avatar

Pantaleimon
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Pantaleimon

Sam 24 Aoû 2013 - 20:55
Les pieds à la lisière de l'eau qui rongeait petit à petit la plage, Pan fixe le panorama qui s’offre à lui.
Cette foule de gens imbibés d’alcool le laissait indifférent, une marée d’individus enivrés, gigotant au grès d’une musique lâchée par d’étranges créatures en gelée.  Les douziens pouvaient parfois faire preuve d’une synchronisation incroyable, bien que ce ne soit rarement pour des causes dignes d’intérêt.

Le garçon masqué observe l’osamodas s’éloigner, emporté par une foule en délire. Exaspéré, il soupire et cherche du regard le capitaine. Rapidement, il repère Barbe Courte en train de négocier avec un marchand de moji-taure, de rhum et d’autres boissons de toute sorte. Il semblerait qu’il en aurait encore pour un moment avant de pouvoir acheter sa cargaison à un prix défiant toute concurrence. Pan n’aurait pas été surprit d’apprendre que le pandawa avait du sang d’énutrof dans les veines.

Son regard se tourne à nouveau vers le lieu du rassemblement, il remarque l’étrangeté des habitants de l’île... plus que leurs gesticulations ridicules et le déhanchement maladroit de leurs pas de danse,  la lumière qui brille dans leurs yeux n’est pas naturelle. Les accoutrements qu’ils portent rappelle les créatures gélifiées autochtones de l’île et semblent curieusement coller à leur peau. Peut être n’était-ce pas des vêtements mais une partie même de leur corps...

« Je ne crains que ton ami à tête de citwouille ne se soit fourré dans un drôle de pétrin ! Hahaha ! »

Ses dents se crispent, il se presse pour retourner dans la cale du bateau et récupérer une partie du peu d’affaire qu’il avait amené avec lui pour ce voyage. Une paire de dagues aussi tranchantes que légendaires. Celles-ci lui permettait d’éviter d’utiliser ses masques et les effets secondaires qui accompagnaient leur utilisation. Bien sûr, dans les moments désespérées le choix ne se posait plus...

Lorsqu’il remet ses dagues dans les fourreaux de sa ceinture et qu’il s’apprête à partir, il ressent à nouveau la sensation d’être observé.

- Mais c’est pas vrai ! Cette cale est vraiment le meilleur endroit pour gagner une partie de «‘trappe Chacha»... Après cette cervelle de citwouille qui serait assez fourbe pour rester planqué dans un coin de cet endroit...

Il renifle.

- pestilentiel...

Mais derrière l’odeur rance de moisi et de ratgnagnas il reconnait le remugle du vieux cuir...  il croit entendre le claquement d’un fouet familier, le picotement de récentes blessures se réveillent sur son postérieur...

- Kiss ! Où te caches-tu sournoise sramette ?

Il sait qu’il n’avait aucune chance de la trouver. Les disciples du dieu Sram étaient connus pour leur grande habilité dans l’art de la dissimulation de tout le monde des Douze.

- Je sais que plus tu restes seule mieux tu te portes mais j'ai le sentiment que Poitirond s’est encore attiré des ennuis. Je crois que les fêtards de cette île ne sont pas humains... du moins... pas tout à fait.

Attendre... un peu. Il remonte les escaliers pour rejoindre la plage.

- Je t’entends déjà dire que ma «grosse générosité» devrait suffire à le sortir d’affaire, mais un coup de mains ne serait pas de refus... ou devrais-je dire, un coup de fouet ?  


avatar

Kissansilmat
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Allumenanti

Dim 25 Aoû 2013 - 19:13



« Coups de fouet ? Si tu me prends par les sentiments… »


Kiss sorti sans un bruit de la pénombre où elle était réfugiée. Son visage était quasiment entièrement dissimulé par sa capuche et son masque d’une couleur très sombre. Ils laissaient à peine entrevoir quelques mèches de ses cheveux fuchsias et surtout ses deux yeux verts si perçants qui lorsque la sram vous regardait dans les yeux, cela vous donnait l’impression d’être transpercé de part et d’autre par des lames aiguisées.


Elle suivit Pan vers le pont du bateau et éblouie, fit un pas en arrière :


« Y’a pas que la musique qui est insupportable ici ! Entre la lumière et toutes ces couleurs, y’a de quoi devenir aveugle ! »


Commençant à lire l’impatience sur le visage de Pan, elle pris finalement sur elle et sorti du bateau en haussant les épaules.


« C’est vraiment parce que c’est toi… et parce que je sais que tu sauras généreusement me récompenser pour l’eff… »


Soudain son regard s’arrêta sur les clubbeurs et un frisson d’effroi la traversa … En effet, leur regard de tanche digne d’un mulou garou dans ses mauvais jours n’était pas normal….Mais feignant l’assurance elle s’exprima :


«  Dans quel sale pétrin s’est encore foutu ce gamin ! Lui qui rêve de devenir un grand guerrier et d’aller sauver des princesses en détresse devrait d’abord apprendre à se sauver lui-même. Bon allons y, on n’a pas de temps à perdre sur cette ile de pacotilles»


Après avoir vérifié que toutes ses dagues étaient bien en place, elle s’élança en compagnie de Pan à travers le tohu-bohu…
 



avatar

Poitirond
Mangeur de Shushu
Mangeur de Shushu


Dim 25 Aoû 2013 - 23:14
La file d'attente était interminable,chaque centimètre devait se faire dans la bousculade  pour pouvoir arriver à ses fins. Poitirond arriva devant le videur,une gelée vêtue d'un costume cravate et d'une paire de lunette de soleil.

"Votre nom ?
-Poitirond !"
La gelée scruta le bloc note qui lui était disposé : "Hum...désolé vous n'êtes pas sur ma liste."
Le Iopamodas était tout d'abord frustré de s'être fait recalé ainsi,il chercha dans sa poche son stock de calmants tout en ajoutant :

 "Il y doit bien y avoir un moyen de s'arranger mon cher...que...?
Malheureusement,Poitirond dans sa hâte n'avait pas pris avec lui assez de médicaments pour faire la route,tout était resté à Sufokia.

Il était en pleine réflexion quand il entendit derrière lui une troupe de Bilbyboys hurler : "Bouge de là la Citrouille ! Y'en a plein qui voudraient entrer !
-Ouai casse toi morveux ! On veut voir BilbyCents !!"
Ce dernier ne pu contenir d'avantage sa rage,il commença à dégainer son épée démoniaque quand il entendit une voix l’appeler au loin...
avatar

Guenievre
Chatouilleur d'Ogrest
Chatouilleur d'Ogrest


Lun 26 Aoû 2013 - 6:35

Guenievre se faisait très discrète depuis le début de la traversée. L'esprit trop occupé pour se montrer ou bien converser, elle restait néanmoins à l'écoute de ses pensionnaires, les observait, les épiait presque.
Laisser le petit partir tout seul au milieu de la foule entre autre alcoolisée ne la rassurait guère. La fouine descendit alors du bateau pour surveiller la situation en gardant toujours un oeil (de taupe) sur le bateau. Un regard à droite, un regard à gauche... Mais ne serait-ce pas Pan et Kiss là qui s'inquiètent eux aussi? Mince, Kiss aurait un coeur!

Poitirond arriva devant un malabar trop défoncé pour montrer ses yeux, c'est le moment d'intervenir. 
Elle hurla en accourant : 

"Poitooooouuuuuuille!!!"

En observant la scène mémorable de la vie d'un adolescent malchanceux, la vieille Énutrof trouvait que l'humiliation n'était pas encore suffisante et décida d'en rajouter une couche pour donner une leçon au petit imprudent. Elle saisi la joue du jeune garçon entre son pouce et son index et secoua légèrement. D'une voix de grand-mère gâteuse, elle lança : 
"Bah alors mon petit Poitounet, tu ne tiens plus sur tes jambes?"


L'effet de risée fut instantané, mais ne dura pas! Elle glissa quelques mots à l'oreille de Poitirond pour ne pas qu'il s'enfuie en titubant, puis s'avança vers le videur d'un pas assuré et dit avec autorité : 
"Il est avec moi, les deux qui se cachent là derrière le palmier aussi... Et on va rentrer. Donc 4 entrées, combien tu veux?"


Elle serra les dents et déboursa la somme demandée qu'elle gardera secrète pour ne pas faire culpabiliser davantage Poitirond. Un regard à gauche, un regard à droite, dans un soupir de râleuse invétérée demanda avec cynisme : 
"Bon, vous deux... On va faire saigner nos oreilles juste une soirée pour permettre au petit de nous les achever pendant le reste du voyage?"


avatar

Pantaleimon
Chouchou des Dieux
Chouchou des Dieux

Pantaleimon

Jeu 29 Aoû 2013 - 11:34
Hors du bateau la musique est si forte que l’on en ressent les vibrations dans le sol. Pan ne peut camoufler un regard amusé en observant la souffrance de Kiss face à une telle gerbe de couleur.

Ils s’avancent tous les deux vers l’épicentre du ramdam. Non loin du Cralbator, Pan reconnait un navire familier. L’étoile turquoise peinte sur un drapeau noir ne laissait aucun doute... ils sont là.

Au bout d’une longue queue  de clubbeurs plus ridicules les uns que les autres, ils aperçoivent l’osamodas à tête de citwouille se faire rembarrer par un bien étrange videur.

Les nerfs à vif il dégaine son épée, prêt à tailler dans le lard. Rien de mieux pour réveiller l’hostilité des danseurs mi-homme, mi-gelée.
Le garçon masqué empoigne une de ses dagues et se jette dans la mêlée pour rejoindre Poitirond, mais il est interrompu par une masse blanche qui lui passe devant.

- Quoi ? ...

Il reconnait aussitôt la fourrure immaculée du Doc’. Elle arrive au bon moment. Rassuré, il rengaine sa dague et croise les bras pour observer le spectacle.  La plupart des membres de l’Asile savaient que la Dame Guenouille prenait un malin plaisir à brimer ses patients. Certains disaient que c’était une simple manifestation de son sadisme, l’équipe médicale pourtant insistait que cela faisait simplement parti du traitement.

Une fois les fameux soins administrés à Poitirond, Guenièvre s’attèle à corromp... convaincre le videur pour pouvoir faire entrer tout le monde dans la boite de nuit. Heu...

- Hein ! Attends, tu ne vas pas nous faire rentrer dans...

Pan et Kiss sont entrainés de force dans le club et bien qu’il soit difficile de le croire, la foule qui s’y trouve à l’intérieure est bien plus fanatique qu’à l’extérieure. Plus surprenant encore, même la musique est plus épouvantable que celle qui résonne dans le reste de l’ile.

- Dites... on ne va pas s’éterniser hein ?

Au même moment une fille recouverte de gelée à la fraise lui attrape le bras et l’emmène au milieu de l’enfer dansant. Elle se dandine et se frotte contre lui selon les pas de la dernière danse à la mode bilbyzanne. À chaque frottement elle laisse quelques morceaux de gelée sur le Zobal. Il profite du moment de la chorégraphie où elle fait mine de plonger au sol pour se retrouver derrière lui en passant entre ses jambes pour s’enfuir et retrouver ses comparses.

Souillé de la tête au pied de sucrerie à la fraise il baisse la tête.

- On peut s’en aller maintenant ?

De nouveau à l’air libre, il essaye d’essuyer ses vêtements mais d’importantes cargaisons d’étranges gelées oranges attirent son attention. Il remarque rapidement que le chargement est transporté en direction du bateau à l’étoile bleue. Il arrête un des matelots. Prenant l’accent apprécié par les marins.

- Hm, dites m’sieur, vous allez faire quoi avec ces gelées ?

- Le Capt’n a demandé à ce qu’on remplisse le rafiot avec de la gelée de cawotte pour pouvoir amadouer les Wabbits, ce sera plus simple  pour dépouiller leur île de ses trésors.

- ...

Azura se rendait donc aussi sur l’ile des Wabbits. Pan observe un instant le regard de Guenievre qui avait été témoin de la conversation et il reconnait dans ses yeux l’étincelle qui y brillent à chaque fois qu’elle pense à Niou.

Barbe Courte apparait soudainement les bras chargés de bouteilles.

- Bon la poiscaille ! c’est ma dernière cargaison, la cale est pleine à craquer de boisson. Parfait pour assuré le voyage jusqu’à l’île ! Hahaha !  On attend plus que vous et on repart.

[HORS RP] La suite c'est par ici ! [/HORS RP]


[RP MULTI - 1] Cawottes En Gelée

Page 1 sur 1

Delirium'S :: les Dortoirs :: [ RP ] Il était un fou...-